Le Rêve de Rémi

Atterrissage à Ivato Aéroport, Antananarivo. A gauche à travers l’hublot, vous verrez la maison et le potager de ses parents juchés sur les collines rouges de ce paysage champêtre qui vous enchantera déjà. Aux dernières nouvelles, Rémi serait parti quelque part vers ces pays où on apprend à fabriquer des avions…

« Ces mottes je les ai retournées une par une, bêche plantée dans le sol ;
Pas le temps de blâmer mon infortune, besogne au ras du sol.
Je suis né dans ces chaumes et murs de boue qu’on a façonnés du sol,
De courage et fierté je suis debout, pieds plantés dans le sol.

Las, au ras du sol je me bats, dans ma course folle dans tes pas,
Pour qu’un jour je vole comme toi.

Tes murs sont blancs les miens sont couleur boue, rouges ocres de mon sol.
Aérien et léger tu vis partout, c’est beau si loin du sol.
Dansent dansent tes filles de l’air, belles décollées du sol ;
Moi je bats lourdement dans la terre mes rythmes au ras du sol.

Las, au ras du sol je me bats, dans ma course folle dans tes pas,
Pour qu’un jour je vole comme toi.

Ces mottes je les ai retournées une par une, dur labeur agricole ;
Pas le temps de blâmer mon infortune, douleurs dans mes guibolles.
Ton génie est mon plus grand espoir, ma bible, ma boussole.
Aux dieux je demanderai ton savoir, tes engins sont mes idoles.

Las, au ras du sol je me bats, dans ma course folle dans tes pas,
Pour qu’un jour je vole comme toi.

Et tu roules et tu roules, sur tes routes satins tu déboules,
Rapide comme l’éclair, tu t’envoles puissant dans l’air.
Et tout coule, et tout coule, dans tes villes s’activent les foules,
Elles dévalent les rues qui s’emplissent, comme fleuves et rivières elles glissent…

Hoy aho hoe, hoy aho hoe, hoy aho hoe ie ie hoy aho hoe ;
Ho any aho e, ho any aho e, ho any aho e, ie ie ho any aho e.
Je ferai tout pour qu’un jour je puisse y aller,
Je ferai tout pour qu’un jour je puisse décoller,
Je ferai tout pour qu’un jour je puisse voler,
Je ferai tout pour qu’un jour je puisse décoller.

Mais tu voudrais retourner sur terre, revivre au ras du sol.
A force de voler tu te perds : tu t’égares dans ton envol.
Sagesse est revenir en arrière, la tête sur les épaules
Nul doute tu n’en seras que plus fier, mieux dans ta peau, dans ton rôle.

Ha, tu m’dis qu’y a bémol car tu crois
Que c’est bien plus drôle d’être là,
Au ras du sol ici bas.

Mais moi, au ras du sol je me bats,
Dans ma course folle dans tes pas,
Pour qu’un jour je vole comme toi… »

(Crédits photo : WallaSucre, enregistrement audio en répétition live, backing vocals en home studio)